Bienvenue sur le site de l'association VDS - Val de Sournia

« ...un souffle d’entraide à vos côtés. »

Arago

Projet d’établissement

Le projet d’établissement d’un foyer d’hébergement, par sa vocation de logement, possède une double notion :

La population accueillie au foyer « Arago » présente un déficit intellectuel lié à une maladie mentale ou à une déficience mentale, quelquefois associé à des problèmes sociaux notamment dans la cellule familiale, qui se caractérise de plusieurs façons. Toutefois ce sont des adultes et sont donc traités en tant que tel tout en veillant à ce que le langage, le vocabulaire utilisé soit adapté et compréhensible.
Le foyer est le domicile officiel de tous les résidents. Au foyer, la décoration et la propreté de la chambre reflètent la personnalité de chacun, sa capacité à investir un lieu. Chaque résident a sa propre clef sécurisée. La notion de respect du résident implique naturellement la préservation de leur lieu de vie et leur intimité.

Conception de l’accompagnement

L’équipe éducative du foyer est présente en dehors du temps de travail de l’E.S.A.T., les week-ends et les jours fériés. Elle apporte une aide dans la gestion du quotidien ainsi qu’un accompagnement vers l’autonomie et l’insertion sociale. Ses objectifs sont d’amener les résidents, en tout cas ceux qui le souhaitent et qui le peuvent, vers une autonomie leur permettant la vie en appartement. Le maintien et/ou l’obtention des acquis n’étant pas stables sont également prioritaires.

L’accompagnement repose sur les notions suivantes :

  1. Notion de bientraitance
    La notion de bientraitance remet la personne handicapée au centre des pratiques éducatives. Elle s’inscrit dans le devoir de protéger moralement et physiquement la personne handicapée. Elle renvoie au respect de sa dignité et à son bien-être.
  2. Notion de respect
    Il s’agit de respecter la personne handicapée en la reconnaissant comme une personne à part entière, en lui parlant avec politesse, en la ménageant eu égard à ses difficultés et problèmes. Cette notion de respect se doit d’être réciproque (droits et devoirs) et en référence avec le règlement de fonctionnement. Le respect implique également le non tutoiement systématique de la personne handicapée. Le tutoiement s’utilisera avec son accord et avec réciprocité si elle le souhaite.
  3. Notion d’autonomie
    Favoriser l’autonomie par l’insertion sociale, c’est amener la personne handicapée à chaque fois que cela sera souhaité et possible vers une vie indépendante à l’extérieur. Cet accompagnement est une des valeurs fondamentales de l’établissement, qui est de promouvoir le changement, le développement de l’usager et de lui permettre de s’intégrer le plus possible dans le tissu social ordinaire. Cette démarche est facilitée par l’implantation de l’établissement et par la mise à disposition d’appartements thérapeutiques où chacun, dans le cadre de son projet individualisé, pourra faire l’apprentissage d’une vie plus autonome.
  4. Droit à l’intimité et au respect de la vie privée
    L’intimité est caractérisée par ce qui existe au plus profond de soi, qui appartient à ce qui est tout à fait privé, personnel (vie sexuelle, idées religieuses ou politiques, et aussi dans la vie de tous les jours, ce qui fait partie des rythmes et des ritualisations de chacun).
  5. Droit à la confidentialité
    En tant que travailleurs sociaux, nous n’avons pas obligation du secret professionnel. Il s’agit pour nous de notion de confidentialité, de réserve ou de discrétion. Il est tout aussi nécessaire de ne pas divulguer à l’extérieur ce que l’on peut apprendre sur la personne ; et dans l’échange d’informations entre institutions, il faut veiller à connaître et à vérifier que le destinataire est la personne habilitée et mandatée à recevoir ces informations et à réduire au maximum leur transmission pour le respect de la vie privée de l’intéressé. En tout état de cause, le transfert d’informations se fait avec l’accord de l’usager et/ou de son représentant légal. Ce droit à la confidentialité ne doit pas faire oublier que, dans le cas de maltraitance, il n’existe pas de secret, mais une obligation de signalement.
  6. Protection et responsabilité
    L’équipe éducative a un devoir d’accompagnement et de protection vis-à-vis des personnes accueillies. Nous devons leur permettre d’évoluer dans un cadre de vie rassurant, structurant et stimulant pour l’épanouissement de chacun.
  7. Reconnaissance de la famille
    Les familles peuvent rendre librement visite à leur proche à condition que l’éducateur de service soit informé à leur arrivée ; la rencontre se déroule dans le respect du règlement de fonctionnement.
    Les liens familiaux sont favorisés tout en respectant la liberté de choix de relations avec chaque membre de la famille. Il s’agit également d’apporter un soutien moral aux familles et de les aider à rechercher la meilleure réponse possible pour leur proche.